Collection

Collection |
du 11 juin au 31 juillet 2021

Collection est une exposition autour des œuvres de l’artothèque de Saint-Fons et de la notion même de collection. Intéressée par le rapport que ces œuvres entretiennent avec la sphère intime ou publique, Perrine Lacroix est invitée à poser son regard sur la collection. Elle propose alors à un groupe d’habitants d’expérimenter les œuvres dans leur espace domestique comme dans l’espace d’exposition.
Depuis l’été, le CAP centre d’art de Saint-Fons a initié un travail de mise à jour et de valorisation de la collection des œuvres d’art contemporain de son artothèque.
Dans le cadre de sa programmation 2021, le centre d’art invite l’artiste et commissaire Perrine Lacroix à imaginer une exposition en regard de la collection.
À son tour, l’artiste invite un groupe d’habitants de Saint-Fons à choisir une ou plusieurs oeuvres dans la collection qu’elle se propose de photographier une fois installée-s chez eux.
Perrine Lacroix s’intéresse au glissement des oeuvres initiées dans l’intimité de l’atelier qui, après un passage par le centre d’art, viennent s’immiscer chez les habitants pour instaurer de nouvelles relations.
Dans un deuxième temps, le groupe est invité à imaginer différents accrochages de ces mêmes oeuvres issues de leurs intérieurs (privés) dans l’espace (public) d’exposition du centre d’art.
À partir de ces différents scénarii, l’artiste propose une exposition où ses œuvres se mêlent à celles de la collection, en évoquant les nombreuses potentialités de l’artothèque et son extraordinaire don d’ubiquité.
Le visiteur est invité à parcourir physiquement et mentalement la trajectoire des oeuvres de la collection et l’histoire commune qu’elle raconte à travers ses possibles et ceux pour qui elle existe.

cartels des oeuvres :

Hans Hartung chez Maria-Alice et Gérard : Impression de relief.
C’est une marche due au rythme entre les lignes. C’est presque musical.
C’est aussi comme une barrière
avec un arrière fond de fougères plus tendres que les herbes dressées au premier plan.

Bram van Velde chez Anna Maria : J’aime que le tableau ne soit pas figuratif, ça provoque ainsi une sensation de douceur mais aussi une part de rêve et d’irréalité.

Sophie Ristelhueber chez Meriem : C’est la route de la vie, on doit la traverser. Je vois ma vie comme cette route. J’aimerai connaitre l’impression que l’artiste avait dans la tête en faisant cette photo.

Damien Beguet chez Maria-Dolores : Le vide me rappelle mon enfance. Pendant les cours, un peu lourds, je remplissais mon cahier de petits carrés.
Émotion de voir sans rien voir, de créer mon propre tableau à partir du tableau. Quand je ferme les yeux, je vois le petit triangle d’union entre les deux feuilles. Le tableau blanc, presque vide, se remplit de ce petit triangle.
De retour à la maison après quelques jours, j’ai regardé le tableau et je me suis exclamée en joie « Ah, il est là ! ». Comme si le tableau avait pu s’en aller.

Victor Vasarely chez Kheira : La géométrie laisse beaucoup de place
à l’imagination.
À travers la simplicité de ce langage,
Vasarely a anticipé la culture mondialisée à venir. 
C’est mieux que de visiter un musée. C’est comme si Vasarely lui-même m’avait prêtée son œuvre. 
Je la regarde tout le temps, comme une attirance. 

Henri Roche chez Simone : Il est dans mon séjour, au dessus de mon canapé, quand on est à table, il (se) reflète.
Tout le monde le découvre. 

Claude Viallat et Olivier Debré chez Jean-Noël : Trouble laissé par l’incertitude et les traces. Stabilité et tons des couleurs, empreinte. Toujours un plaisir de découvrir une œuvre
avec le sentiment très fort d’avoir cette chance d’accrocher de grandes signatures dans mon salon.


 
Mary Annee Kell Jenkins chez Maria-Alice et Gérard: Impression d’un mouvement, d’un envol, émerveillement. Je ne choisis pas les oeuvres.
C’est toujours mon mari qui fait le choix et moi j’ai la surprise lorsqu’elles arrivent à la maison.

Anya Belyat Giunta chez Rosanna : Ce tableau est énigmatique, il m’interpelle, il m’interroge, m’invite à tous les voyages. C’est une exposition dans laquelle j’ai toute liberté dans le choix de sa présentation.
En quelques sortes, j’interviens dans l’œuvre
de l’artiste en l’intégrant au « moi ».